La période du rempotage


À certaines périodes de leur cycle, les orchidées ont besoin de soins particuliers. C’est la plante, elle-même, plus que la saison qui dicte le bon moment pour effectuer ces soins. Le début de la reprise de croissance, marqué par l’apparition de nouvelles pousses et de nouvelles racines, signifie la reprise d’un rythme normal d’arrosage mais également le moment de rempoter si la plante est à l’étroit dans son pot. Les orchidées n’apprécient guère les déménagements, aussi ne faut-il procéder à ce rempotage que si cela est vraiment nécessaire, en moyenne tous les deux ou trois ans.

Le compost

Plus que les autres plantes, les orchidées, qu’elles soient épiphytes ou terrestres, ont besoin d’air autour de leurs racines. Le pot devra être drainé sur les 2/3 de sa hauteur. On demande à ce substrat d’être un bon support, léger et perméable. Il doit laisser circuler l’air autour des racines et ne maintenir qu’un minimum d’humidité. Le rôle nourricier est joué par l’air, l’eau et les petites doses d’engrais.

Le mélange le plus facile à réaliser et convenant à la plupart des orchidées est constitué de:

  • 1/3 d’écorce de pin,
  • 1/3 de tourbe,
  • 1/3 de mousse de sphaigne ou d’osmonde,
  • + un peu de charbon de bois en morceaux.

Il est conseillé au débutant d’acheter le mélange pour rempotage.

Les pots

Les orchidées sont vendues dans des pots de polyéthylène perforés. C’est ce qu’il y a de moins cher, ils sont incassables, légers au transport et faciles à nettoyer. Les racines aériennes y adhèrent peu, ce qui facilite l’extraction au moment du rempotage. Toutefois, s’ils sont légers, ils sont moins stables une fois installés. Dans tous les cas, ils sont très laids et demandent à être dissimulés dans des paniers ou des cache-pots ajourés.

On peut choisir de rempoter dans un pot en terre cuite, plus stable et plus esthétique. Il faut alors savoir que la terre cuite garde moins l’humidité, ce qui, certes, garantit de la pourriture des racines mais demande un peu plus d’arrosage. Les instruments en bambou taillé en biseau sont utilisés pour l’opération.

Le rempotage doit assurer un bon drainage, c’est-à-dire pour que les trous du pot laissent bien passer l’excès d’eau d’arrosage. On remplit le tiers du pot avec de gros graviers ou des morceaux de pots cassés bien propres. On dispose ensuite une petite couche de substrat avant de positionner la plante de pot. Les orchidées monopodiales se placent tout simplement au centre du pot. Les orchidées sympodiales se placent sur le bord du pot. La nouvelle pousse vers le centre, prévoir de laisser de l’espace devant pour les nouvelles pousses à venir les années suivantes. On cale enfin la plante avec le reste de substrat, précautionneusement, par petites quantités. Chez les plantes à rhizome, le dessus de celui-ci doit rester apparent. On arrête le niveau de substrat au dessous du bord du pot. On ajoute un tuteur aux plantes un peu hautes et pas très stables. Il n’est pas superflu de remettre l’étiquette portant le nom de la plante en y ajoutant la date du rempotage: une bonne habitude à prendre pour les grandes collections futures!

N’arrosez l’orchidée fraîchement rempotée que très légèrement ou plutôt bassiner deux ou trois fois par jour les feuilles et le dessus du substrat. Cela jusqu’à l’observation d’une bonne reprise de croissance de la jeune pousse. Reprenez alors un rythme d’arrosage normal avec engrais de temps en temps.